Affichage des articles dont le libellé est blablas. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est blablas. Afficher tous les articles

vendredi 7 avril 2017

Happy Box

Comme tu le sais, j'ai deux gros toutous, Hatchi que j'ai sorti de la SPA il y a trois ans maintenant et Patty que j'avais pris en famille d'accueil l'été dernier et que j'ai fini par adopter l'hiver dernier.
J'adore faire plaisir à mes chiens, j'essaye de les amener le plus souvent possible partout avec moi, je les amène en club canin, je fais de bonnes balades avec eux, fin bref, ils ont une place très importante dans ma vie.
Du coup, j'ai décidé de leur offrir une Happy Box. Une fois la commande passée, je l'ai attendue et ensuite oublié jusqu'à ce matin.




Ce matin, pendant que je buvais mon café, le facteur a sonné, ma Happy Box était arrivée. Je me suis empressée de l'ouvrir pour voir ce qu'elle contenait. Sur le site, il y avait écrit qu'elle contenait des friandises et des jouets pour chiens, j'étais curieuse. Je voulais voir si elle valait le coup.


Dans la mienne, il y avait donc un jouet en peluche qui fait "pouic pouic", une gamelle pliable, deux paquets de friandises à base de pâte de fruits et un muffin à base de foie de boeuf.
Je dois t'avouer que je suis asse dubitative sur les produits. Je donne peu de friandises à mes chiens, mais ça servira bien comme récompenses lors de l'éducation.
Mes chiens n'aiment pas trop les jouets qui font "pouic pouic", Hatchi a tendance à mettre un coup de crocs pile dans le soufflet pour le casser et Patty adore les cordes à mâcher. 
Enfin, j'ai déjà une gamelle pliable, mais t'en a jamais asse ! 


J'ai essayé les friandises avec eux ce matin, et ils adorent les pâtes de fruits. Je ne leur ai pas encore donné le muffin, je pense leur donner ce soir après les avoir amené en grande balade. J'ai pas encore eu l'occasion d'utiliser la gamelle, elle me servira pour la prochaine fois que je partirai en vadrouille.
Je leur ai donné le jouet, Hatchi s'y est vite fait intéressé, enfin il l'a juste reniflé.
Patty l'a mordillé et elle s'est vite désintéressée.  






mercredi 5 avril 2017

Self Piercing Volume 1 : L'idée

Disclaimer : J'écris cet article uniquement pour parler de MON expérience. Personne ne le dira assez souvent, mais pour toute modification corporelle (quelle qu'elle soit), allez voir un professionnel. Je ne donnerai aucun conseil sur comment se percer soi même. Je ne sais pas qui me lis et je ne veux pas être responsable des bêtises d'ados.

Tu dois sûrement avoir remarqué que j'ai deux ou trois piercings sur le visage. Actuellement, j'ai en place la langue, le septum, deux plugs en 12mm, un tragus et un piercing au cartilage.
Par le passé, j'ai eu un surface tempe que j'ai enlevé, un arcade, et un labret que j'avais très peu gardé.

Tous les deux ou trois ans, environs, j'ai une nouvelle envie de piercing, la plus part du temps concrétisée. Mon labret enlevé trop rapidement faisant parti de ces envies jamais réalisés pour de nombreuses raisons.

L'autre jour, en montant au Pas de la Case avec mon copain, on discutait dans la voiture et je lui disais que j'aimerai bien me le faire repercer. Je ne sais plus comment on en est arrivé là, mais je lui ai dit que je pourrais très bien me le faire toute seule. Je lui ai dit "j'ai déjà la cicatrice, donc je sais ou percer. Il me faudrait juste une aiguille, une pince et un bijou." La Bête à Poils m'a répondu "si tu te sens de le faire, fais le."
Du coup, on a passé beaucoup du temps de trajet à en parler. Et en rentrant à la maison, j'ai passé beaucoup de temps sur internet à prendre des renseignements, à regarder des vidéos, et puis finalement, j'ai trouvé mon matériel et j'ai guetté la venue du facteur.

J'ai décidé de commencer par me percer les lobes pour une première tentative, donc j'ai attendu le moment idéal qui est arrivé plus tôt que prévu et je me suis lancée. Un quart d'heure plus tard, deux jolis trous ornaient mes oreilles !


J'ai pas vraiment eu mal lors du perçage mais j'ai saigné un peu, genre deux ou trois gouttes au moment du passage du bijou. Par rapport à mes écarteurs, j'ai préféré mettre des tiges un peu longues pour ne pas gêner l'écarteur. J'ai pris les photos 10 minutes environs après l'acte, c'est pour ça que mes oreilles sont un peu rouges.

Aujourd'hui, cela fait presque deux semaines que c'est percé et la cicatrisation se passe très bien. Je suis même chaude pour me repercer toute seule dès que j'aurai fini de cicatriser là.

mercredi 4 janvier 2017

2017


J'arrive un peu après la bataille, mais l'intention est là. Bonne année 2017.

Comme d'habitude, bonheur, chance, santé, amour, ..., licorne, ... Enfin, tout ce que l'on se souhaite traditionnellement en cette période.

Ca, c'est fait, suivant ...

Une fois les voeux présentés, la plus part des gens commencent par faire part de leurs résolutions pour l'année à venir. Tout comme l'an dernier, j'ai décidé de ne pas prendre de bonnes résolutions. J'ai constaté que chaque année, je ne tiens pas mes bonnes résolutions plus que quelques mois/semaines, du coup, je pense que ça ne me sert plus à grand chose d'en prendre.

Mais comme il faut quand même avoir un peu de contenue dans un article (il paraît), j'ai décidé de te faire part de mes espoirs pour cette année 2017.

  • Quitter enfin cet appartement pourri dans le quel je n'ai plus du tout envie de vivre depuis trop longtemps maintenant.
  • Tant qu'à faire, quitter enfin Toulouse ou je me plaît de moins en moins. Je continue de rêver de Paris.
  • J'ai un projet en cours actuellement qui va conditionner la suite de l'année pour moi, donc j'espère le voir mené à bout.
  • Enfin un vrai boulot et un vrai salaire ???
  • Etre enfin réellement heureuse ?
Enfin, voilà, je veux juste pouvoir réellement vivre un peu. J'ai vraiment envie de pouvoir évoluer et de passer à autre chose. Je ne supporte plus cette stagnation. j'espère que cette nouvelle année va m'apporter tout ça.

mardi 20 septembre 2016

[Look] La/les tenues vestimentaires du Road Trip

A force, tu vas finir par croire que mon voyage en Bretagne va occuper tout mon blog. Pourtant, non, c'est le dernier article, ici. 
J'ai réalisé l'autre jour que je n'avais pas posté de looks depuis mon voyage à Nîmes l'année dernière. Donc, j'ai décidé de poster des photos des tenues que j'avais en Bretagne. Au final, ces deux tenues se ressemblent beaucoup, elles sont exactement dans le même esprit. En effet, je porte le même gilet et les mêmes chaussures sur les deux phots et le reste des deux tenues est composés de pièces venant des mêmes endroits. 
C'est le genre de tenues que j'aime porter autant en voyage que dans la vie de tous les jours, je me sens confortable, et juste assez sexy.


Cette première tenue avait été shooté vers Brignogan Plages sur la Côte Rocheuse. Pour l'explication de la pause peu naturelle, avec le vent, j'avais vraiment froid. Donc je porte un gilet venant de la Halle, un débardeur de chez Cache Cache, un short que j'ai trouvé à Pimkie, un collant Dim et des Doc Martens à 14 trous.


Cette deuxième tenue a été prise dans le jardin des plantes de Huelgoat le lendemain de la première. Donc, on a une base très similaire, débardeur de chez Cache Cache, un short venant de Pimkie, un collant Dim, le gilet de la Halle, et ma part de Docs.
En fait, les seuls éléments qui changent sont la veste en jean que j'ai trouvé à Pimkie et que j'ai rajouté parce que je n'avais pas assez chaud et la présence du sac à main de chez New Look.

Voilà, alors j'espère que ces "deux" tenues t'auront plues.  Je te reposterai un autre petit look avant la fin du mois pour te montrer la tenue que je portais pour le mariage du frère de la Bête à Poils.

jeudi 1 septembre 2016

Carnet de Voyages : Bretagne, jour 6

Nous nous sommes réveillés sous un soleil de plomb (pour la Bretagne) et après avoir rangé nos affaires, nous reprenons la route.
Notre périple, ayant pris moins de temps que prévu, arrive à sa fin. La première destination de la journée était la Lande de Lanevaux, on n'a pas trouvé l'endroit exact pour aller se promener, du coup on n'a pas traîné et on a filé vers Carnac.

Carnac est peut être l'un des sites les plus connus de la Bretagne avec son alignement de menhirs. Aujourd'hui, on ne peut plus se promener librement au milieu des menhirs, tous les alignements sont clôturés. Le seul moyen de pouvoir entrer sur le site est de faire la visite guidée. Elle est pas très cher (6€), et la conférencière qui fait la visite explique vraiment bien et répond à toutes les questions.
C'est qu'en faisant la visite guidée qu'on arrive réellement à se rendre compte de la perfection de l'alignement et de l'illusion d'optique de l'espace se rétrécissant.


Après Carnac, la Bête à Poils et moi nous sommes retrouvés à nous demander quoi faire, on avait quasiment fini tout ce qu'on voulait voir. En suivant les panneaux complètement par hasard, nous nous sommes retrouvés à Quiberon. 
La presqu'île n'a aucun charme, c'est vraiment une station balnéaire typique des années 60, le genre qui est vide la majeure partie de l'année. 
Par contre, on est vraiment tombés sous le charme de la Côte Sauvage et des plages de rochers et de galets. L'endroit est absolument magnifique, et encore plus beau sous le soleil qui nous a gratifié de sa présence.


Après Quiberon, nous nous sommes dit que ce serait pas mal de faire un peu de route et de commencer à redescendre. Sauf qu'on s'est retrouvés à être coincés dans les bouchons de touristes et de locaux, ça nous a un pu refroidi et on a fini par chercher un camping à proximité de la Trinité Sur Mer.
Je ne me rappelle plus du nom du dernier camping, mais je l'ai vraiment pas aimé. Il y avait énormément de mobiles homes et très peu d'emplacements de tentes. On a tous les deux pensé à un village de vacances accueillant des tentes.
Le seul point positif c'est que les sanitaires étaient très propres et les douches chaudes.

Je n'ai pas de photos du dernier jour, car on a de nouveau passé la journée sur la route, cette ffois ci pour rentrer. On est passé par la Plage de la Mine d'Or, Guérande et la Rochelle (pour manger un plateau de fruits de mer), avant d'arriver chez nous vers 2h du matin.

mardi 30 août 2016

Carnet de Voyages : Bretagne, jour 5

Nous nous reveillons plus tôt que prévu à Huelgoat, dans le froid. Nous avons ainsi eu la joie de découvrir que notre tente n'est pas étanche et ne conserve pas la chaleur. En gros, elle est très bien pour les étés chez nous, moins pour la Bretagne.

Après avoir bu une canette de Monster et avoir plié bagage, nous prenons la route pour aller découvrir la forêt autour de Huelgoat. Je voulais aller notamment, voir la Grotte d'Artus et le Lac des Fées. J'ai effectivement vu la Grotte d'Artus, on n'a pas trouvé le Lac des fées, à la place, on a vu la Mare aux Sangliers. L'endroit était vraiment joli, on s'est régalés.




Après notre promenade dans la forêt de Huelgoat, nous avons repris la route en direction des Rochers du Diable.
C'est encore un chaos géologique ou le torrent passe au milieu des rochers en formant énormément de mousse. Un peu partout, il y a des panneaux indiquant que c'est dangereux de s'y baigner. En même temps, quand tu vois la rapidité avec la quelle l'eau coule, t'as pas vraiment envie d'y mettre un orteil. La promenade autour est également super sympa, même si on reste que sur une seule rive.
 

Après les Rochers du Diable, nous faisons un petit retour en arrière vers la forêt de Brocéliande. Pendant qu'on y était au début, on n'était pas allés voir le Val Sans Retour, et c'était l'un des trucs que j'avais envie d'aller voir là bas. Après avoir fait beaucoup de route et s'être perdus sur les chemins de randonnées pour trouver le bon chemin, nous arrivons enfin sur l'Arbre d'Or et le Miroir des Fées. Nous ne regrettons absolument pas ce retour en arrière et trouvons vraiment l'endroit super beau !
  

Après ce retour en arrière, nous allons voir le site de Monteneuf. C'est un site mégalithique ou les archéologues sont en trains de petit à petit découvrir et redresser les menhirs. Le site a été découvert complètement par hasard dans les années 70 suite à un incendie et on pense qu'il y a environs 400 pierres à redresser.
La visite est super bien faite puisqu'il y a des panneaux qui expliquent un peu ce qui se passe là et des expositions qui montrent un peu le travail des archéologues dans leur compréhension des hommes de l'époque.




Notre dernier arrêt est Rochefort en Terre. En arrivant là bas, notre première tâche est de chercher un camping pour la nuit. Nous nous arrêtons au Camping Au Gré des Vents, Le camping est très bien et calme. D'ailleurs, au moment du coucher, nous avons eu droit à une invitée surprise, une grenouille s'est invitée dans notre tente. J'ai trouvé ça super mignon, la Bête à Poils un peu moins.
Nous visitons un peu le centre ville historique de Rochefort et la réputation de "Village Préférée des Français" n'est absolument pas sur faite, c'est super beau ! Avec des fleurs partout et de vieux bâtiments magnifiques !
Comme c'était dimanche soir, on s'est dit qu'un petit restaurant entre amoureux serait le bienvenu. C'est comme ça qu'on s'est retrouvés à manger aux Ardoisiers, les plats étaient simples, copieux et bons. On a pas été déçus.

lundi 29 août 2016

Carnet de Voyages : Bretagne, jour 4

Le matin, nous nous levons sous un ciel bleu prometteur. Après être allé voir le phare à côté du camping, nous partons en direction de la Pointe de Saint Mathieu.



La Pointe de Saint Mathieu est un phare construit sur les ruines d'une abbaye. L'endroit est vraiment très très beau avec une vue imprenable sur l'océan Atlantique. Il y a également beaucoup de vent.
En voyant que le mauvais temps arrivait, la Bête à Poils et moi décidons de partir rapidement vers notre destination suivante, la Presqu'île de Plougastel.



On a été assez déçus par la Presqu'île. La Bête à Poils et moi sommes tous les deux d'accord, si on ne cherche pas de coquillages, la Presqu'île n'a quasiment pas d'intérêt. Nous sommes très vites partis voir la ville de Plougastel. 
Pendant que nous étions assis à la terrasse d'un café, nous avons vu arriver un orage, se rapprochant petit à petit. On est partis avec les premières gouttes de pluie.


On a pris la route sous une pluie battante en direction des Monts d'Arrée. Je voulais trouver une randonnée à faire dans le coin parce que l'endroit est vraiment très joli. Mais la route passe en plein milieu et il n'y a pas de panneaux indiquant le début d'un éventuel parcours de randonnée.  

En suivant les panneaux sur la route, on s'est retrouvés à Huelgoat.
La ville est vraiment super jolie avec des vieilles pierres partout. On a trouvé au détour d'une ruelle, un vieux lavoir et un jardin des plantes sauvage. La Bête à Poils a eu un vrai coup de coeur pour l'endroit. On a également fait une promenade dans les environs et on a découvert le Chaos de Huelgoat, la Grotte du Diable et le Rocher Tremblant.
Le Rocher Tremblant est vraiment impressionnant, selon les dires de la Bête à Poils, on sent vraiment le rocher vibrer et bouger.


On s'est arrêté pour la nuit dans le premier camping qu'on a trouvé, le camping municipal de Huelgoat. Les emplacements étaient assez bien délimités avec de petites haies autour. En dehors du bruit de la route (qui au fond n'était pas vraiment gênant) le camping est très calme, il y a aussi une piscine. Les douches sont chaudes et les sanitaires sont propres.

dimanche 28 août 2016

Carnet de Voyages : Bretagne, jour 3

Le réveil de Plougrescant se fait sous un ciel gris et menaçant. Comme la veille, on avait accidentellement déjà fait ce qu'on avait prévu de faire, on décide de partir tout de suite vers Ploumanac'h.

À Ploumanac'h, nous trouvons une promenade assez intéressante à faire, le sentier des douaniers, mais la pluie qui tombe bien nous décourage rapidement. Du coup, nous partons pour notre destination suivante, le Cairn de Barnenez.


Arrivés au Cairn, un grand ciel bleu nous accueille et nous découvrons que la visite est payante. Tant pis, on la fait quand même.
L'endroit est magnifique et on voit très bien comment le Cairn a été construit. Il y a autour une expo de photos et de gravures qui sont vraiment très belles et on a une superbe vue sur la baie de Morlaix.


Après avoir fait le tour du Cairn, nous partons pour Kerlouan et le Village de Meneham. Le village est très joli, mais j'ai vraiment été impressionnée par la Côte Rocheuse, l'endroit est sublime. Je cros que c'est l'un des endroits que j'ai le plus apprécié.
Ce soir là, la Bête à Poils et moi avons également fait notre premier restaurant de la semaine, on a mangé des moules avec des frites à Lesneven, le plus gros village du coin. On s'est régalés !


Nous trouvons un nouveau camping pour la nuit sans difficulté, le camping du Phare. Ce camping est super calme, pendant la nuit, on a entendu que le bruit de la mer. Le seul point noir pour moi, c'est que les sanitaires sont vétustes, mais très propres avec des douches chaudes.


samedi 27 août 2016

Carnet de Voyages : Bretagne, jour 2

Réveil au camping de Paimpont. Après un réveil un difficile, la Bête à Poils et moi plions la tente, rangeons toutes nos affaires et reprenons la route.
Après un premier arrêt à la Forêt de Brocéliande pour voir le Tombeau de Merlin et la Fontaine de Jouvence, nous partons encore plus au nord.


On fait un premier arrêt aux Gorges du Corong, un chaos géologique. C'est magnifique et assez étrange parce qu'on entend le bruit de l'eau couler, mais on ne la voit pas sous les rochers.



Après cette visite, on file vers la Vallée des Saints. C'est un immense terrain ou quelqu'un a sculpté dans du granite, tous les saints de la Bretagne.
À la base, on s'était dit qu'on dormirait de ce côté là. Après avoir visité la Vallée des Saints, en voyant l'heure, on se dit qu'on a largement le temps d'aller à notre destination suivante, Plougrescant.


En arrivant à Plougrescant, on commence tout de suite par chercher un camping pour la nuit. On trouve le camping du Gouffre. Ce camping est plus grand. Les emplacements sont mieux isolés avec une petite haie qui les délimite. Les sanitaires sont également très propres mais les douches sont tièdes.

Après s'être installés au camping, la Bête à Poils et moi décidons de faire une petite randonnée de 5km qui fait le tour de la Baie de l'Enfer. C'est vraiment super joli. Après avoir fait cette randonnée, nous nous perdons en cherchant à retrouver le camping. Au fil de nos errances, nous nous retrouvons accidentellement sur la grande randonnée que nous avions prévu de faire le lendemain. C'est comme ça qu'on est allé visiter le parc du Gouffre et qu'on a vu un des sites les plus connus de Plougrescant, Castel Meur, la maison construite entre deux rochers sur la Côte de Granit Rose.




vendredi 26 août 2016

Carnet de Voyage : Bretagne, jour 1

Comme cette année, la Bête à Poils et moi n'avions pas pu obtenir des places pour le Hellfest, nous avions décidé de nous rabattre sur le Motocultor en Bretagne.
La Bretagne, ça faisait des années que j'avais envie d'y aller. 

À la base, on devait faire un petit road trip avant et après le festival. Finalement, je voulais voir tellement de choses qu'on a décidé ensemble de zapper le festival et de passer une semaine sur les routes à travers toute la Bretagne.

Notre périple à débuté mardi soir après avoir déposé Hatchi et Patty (je t'en parle bientôt) chez leurs dog sitters respectifs. Une fois les bagages faits et la voiture chargée, on décolle enfin de Toulouse à minuit en prenant la route vers le nord.
On a roulé toute la nuit pour arriver vers Nantes aux alentours de 7h du matin. Il nous restait encore un peu moins de 2h de route pour notre première destination, Saint Just.
Saint Just est un tout petit site mégalithique avec peu de pierres dressées. On a beaucoup apprécié, surtout étant donné qu'on était les seuls sur place.


Après en avoir fait rapidement le tour, on file vers notre destination suivante, la Roche aux Fées, un dolmen du côté d'Essé. 


Sur place, je me rends compte avec un mélange de stupeur et d'effroi que mon appareil photo ne fonctionne plus. Je ne comprends absolument pas pourquoi, sachant qu'il fonctionnait très bien la semaine d'avant. Sur le coup, je n'ai plus qu'une seule envie, rentrer chez moi. Finalement la Bête à Poils arrive à me raisonner. Après quelques messages avec mon père et une amie, le voyage continue.
On arrive du côté de Rennes, destination pas prévueà l'origine. La fatigue et le blase prennent le dessus et on apprécie pas vraiment. On décide de passer vite.

En milieu d'après midi, on arrive du côté de Paimpont, surtout connu pour la Forêt de Brocéliande. Après une visite agréable du bourg et une glace délicieuse on décide de chercher notre premier camping pour la nuit.


On s'arrête au camping municipal de Paimpont. Je l'ai trouvé relativement correct. Les emplacements manquaient un peu d'intimité, c'est à dire qu'ils n'étaient pas vraiment isolés les uns des autres, mais c'était très calme, donc ça allait. Un point positif pour moi, c'est que les sanitaires étaient propres et les douches étaient chaudes.

mardi 2 août 2016

La SPA

Il y a quelques années, j'ai voulu faire du bénévolat pour m'occuper au moins le temps d'un été. J'ai passé beaucoup de temps à chercher une association qui me conviendrait.
L'une des premières associations à la quelle j'avais pensé fut justement la SPA. Mais j'avais très peur d'y aller parce que j'avais peur de me retrouver confrontée à la souffrance animale et d'avoir envie d'embarquer tous les animaux que je verrai chez moi.
Du coup, j'ai beaucoup hésité avant d'y aller.
C'est en discutant avec quelqu'un que je connaissais à la fac que j'ai surmonté ma crainte et que j'ai poussé la porte du refuge de Toulouse.

Et puis finalement, j'ai pas du tout envie de les embarquer chez moi, et puis c'est pas si terrible !

Alors oui, effectivement, j'ai eu mes petits coups de coeur. Certains chiens sont vraiment trop adorables ! C'est vrai que les histoires de certains toutous font mal à entendre, mais on se rend aussi très vite compte que parfois l'étape refuge est un mal pour un bien.
Mais, il y a un truc aussi que beaucoup de gens oublient de raconter, c'est à quel point c'est enrichissant sur le plan personnel.

On dit que les chiens ne te reconnaissent pas, mais quand je vois la fête que me font les chiens que j'ai l'habitude de promener quand je rentre dans leurs box, je suis sûre que ces chiens là me reconnaissent. Il y a plusieurs chiens qui m'ont marqués depuis que je vais régulièrement au refuge.

Parmi les chiens marquants, il y a eu Kalach, Patty, GKapone, ou Binker.


Kalach est un magnifique chien, un malinois croisé chien loup. Il est encore jeune. J'ai appris à son arrivée au refuge qu'il avait été retiré à ses maîtres pour maltraitance. A force de le sortir à quasiment chaque fois, j'ai vraiment aidé ce chien à reprendre confiance et à devenir moins craintif. Avec lui, j'ai eu droit à quelques lechouilles. Ce chien avait commencé à se dresser sur ses pattes arrières et à me regarder chaque fois que je passais devant son box. J'avais vraiment commencé à développer un lien avec ce chien. Depuis, il est parti en parc.


Patty  est un Shar Pei. A son arrivée au refuge, personne ne pouvait l'approcher sans qu'elle ne grogne. J'ai passé plusieurs après midis à rentrer dans son box et à l'attirer avec des biscuits, avant de réussir à lui mettre harnais et à l'amener en balade. Suite à ça, je suis devenue l'une des personnes à la sortir le plus souvent.
Aujourd'hui, elle est en famille d'accueil chez moi. Face à l'urgence dans la quelle se trouvait le refuge avec tous les box fourrière de pleins et les enclos de parc complets, la Bête à Poils a été d'accord qu'elle serait mieux chez nous que la bas.


Binker est un vieux Rottweiler de 10 ans. C'est un peu le cliché du vieux Rott et c'est un amour. Jusqu'à ce qu'il trouve quelque chose à manger. Quand ça arrive, il faut vraiment le laisser faire sinon, il se retourne, montre les dents et grogne. Et un Rott qui grogne, c'est vraiment intimidant. 
Je m'en suis rendue compte à mes frais. C'est comme ça que je me suis retrouvée à attendre une bonne dizaine de minutes en plein cagnard que Binker mange la saloperie qu'il avait trouvé, pendant que je ne faisais pas la fière à l'autre bout de la laisse. 


GKapone est un genre de Staff déclassé, il est mignon comme tout. Ses oreilles ont été taillés n'importe comment, du coup il ressemble à un petit lapin, c'est super drôle ! Ca le décrédibilise totalement. Si tu rajoutes à ça le fait que quand il en a marre de promener, il se couche et se roule sur le dos, du coup on est obligés de le porter.  En rentrant de balade, il faut aussi le porter pour le remettre dans son box parce que sinon, il veut pas quitter sa piscine.

Je disais au début de l'article que c'est une expérience qui est aussi enrichissante sur le plan personnel. J'apprends beaucoup de choses sur les chiens et je comprends mieux le mien. Mes collègues sont super sympas et ouverts.
Quand je rentre le soir, je me sens fatiguée, mais heureuse et épanouie ! Je n'ai pas du tout cette sensation quand je fais quoi que ce soit d'autre !


vendredi 26 février 2016

Bribes de vie Volume 1

Cette fois ci, un article un peu plus personnel que d'habitude. Cet article risque de te paraître relativement pessimiste, du coup je comprendrai tout à fait que t'ais pas envie de me lire jusqu'au bout.D'ailleurs, je m'attends pas vraiment à être lue, j'ai juste besoin de vider mon sac.

Comme tu le sais (ou pas), j'ai repris mes études l'année dernière en licence d'anglais. Afin de valider de ma licence, je dois effectuer un séjour en milieu anglophone. Le séjour peut prendre n'importe quelle forme, un échange universitaire, un stage en entreprise, travailler, ... Tout ce qui compte c'est la durée du séjour, c'est à dire 12 semaines. Même si j'ai les notes qui vont bien, on ne m'accordera pas ma licence sans ce séjour.
Sauf que ce séjour, je ne peux/veux pas le faire.

Moi, été 2015

A la base, je pensais ne pas pouvoir faire ce séjour, principalement pour des raisons financières.
Je pensais que les échanges universitaires étaient impossibles pour moi à cause de l'âge (j'ai 28 ans) et que mes seules possibilités étaient soit de partir travailler dans un pays anglophone, soit de partir sur un projet libre.
Je pensais que le travail serait compliqué (voir impossible) parce que j'ai un CV en gruyère avec de longues périodes de chômage accompagné de quelques petits boulots déclarés. Je pensais vraiment que je ne serai pas prise au sérieux et que j'arriverai à rien.
Mon projet libre avait été refusé par mon enseignante référente parce que soi disant "pas viable".
Les finances faisaient que j'étais dans l'obligation de de demander  une dérogation. J'étais en train d'écrire ma lettre et expliquer mes raisons quand j'ai regardé de nouveau les possibilités d'échanges universitaires. J'ai découvert qu'il n'y avait pas de limite d'âge. Voilà que mon argument principale tombait à l'eau. Il me restait plus que l'argument financier.
Ces deux arguments cachaient en fait une autre raison.

En fait, je ne veux pas partir.
J'ai peur...
Partir trois mois, seule à l'étranger ne me fait pas peur, bien au contraire. En fait, ce qui me fait le plus peur, c'est le retour.
Ici, ma vie est loin d'être parfaite, il y a tellement de choses qui ne me conviennent pas qu'à l'heure actuelle, je ne saurais pas dire ce qui me pèse le plus. Je fais ce que je peux pour essayer de changer ce qui ne me va pas, mais parfois ça prend du temps (beaucoup trop de temps à mon goût).
A vrai dire, ici, je suis profondément malheureuse. Pourtant, j'ai un mec génial, un chien adorable, un appart' pas trop mal et des amis supers. En plus, j'habite un coin sympa avec beaucoup de nature. Ce que je fais à la fac ne me déplaît pas et j'arrive à trouver facilement de quoi m'occuper en dehors des cours.
Au final, ici, je survis grâce à une paire de lunettes roses, et le fait d'ignorer la réponse à la question "ce serait mieux ailleurs ?".
Oui, mais je rêve d'ailleurs. Je suis parfaitement au courant de la contradiction. Je veux autre chose mais je ne veux pas faire mon séjour à l'étranger.
J'ai peur qu'en partant, je découvre que c'est effectivement mieux pour moi ailleurs, que j'arrive enfin à être heureuse et à avoir une vie qui ressemble un peu plus à ce que je veux.
J'ai peur de ne pas supporter de revenir...
Peur de me reprendre en pleine face tout ce qui contribue à mon malheur ici. Je me demande ce qui va se passer si je reviens d'un séjour de 3 mois et que je retrouve tout ce qui m'étouffe et me pèse ici.
Peur de me retrouver de nouveau démoralisée et ne plus avoir la force d'essayer d'avancer.

vendredi 1 janvier 2016

Bonne année 2016


Rentrée à pas d'heure, réveillée à midi avec une gueule de bois monumentale. Faire la larve sur le canapé, je crois que ça devient une habitude de commencer l'année de cette façon. Pourtant, j'ai pleins de choses à faire, comme commencer par présenter mes vœux, aller trouver le courage de prendre une douche et m'habiller, sortir le chien, ...
Procrastination résume bien le début de ma journée.
Ca y est, on est en janvier, il va aussi falloir que je commence à préparer sérieusement mes partiels qui débutent la semaine prochaine. Ouais, mais pas aujourd'hui.
Aujourd'hui c'est le jour de l'an et j'ai envie de profiter de ma journée.

Tout ça pour dire que je te souhaite une bonne année 2016, pleins de bonnes choses et tout ce qui va avec. Remets toi bien de ton réveillon, et profites bien des jours qui viennent. Le temps passe trop vite.

D'habitude, j'aurai présenté avec cet article mes résolutions de l'année. Mais comme de toute manière, je les tiens jamais et que cette année j'en fais aucune,  je vais pas te faire de dessin.

J'ai pas de conclusion, donc je vais en rester là.

Bonne année, bisous, cœur !

mercredi 23 décembre 2015

Et toi, pourquoi tu te maquilles ?

Je viens de passer un mois sans internet suite à une erreur de la part de mon fournisseur d'accès.Tout est en train de rentrer dans l'ordre ! J'ai plein de maquillages à montrer. Mais je voulais d'abord aborder un sujet un peu particulier.

Samedi dernier, j'étais à une soirée avec une partie de ma bande de copains. Il y avait deux grandes absentes à la soirée suite à quelques histoires dans la bande. Une partie des rancunes est ressortie. C'est comme ça que j'ai appris que je me servais de mes cheveux et de mon maquillage pour "faire ma belle".
Sauf que je ne suis absolument pas comme ça. Je sais que c'est que du ragot et que c'est fait exprès pour m'atteindre. Je sais que je ne devrais pas me laisser toucher par ce genre de phrases. Mais c'est le cas...
Parce que je sais que c'est faux, que je ne suis pas comme ça. Cela m'a amené à une réflexion. A quoi sert le maquillage ? Pourquoi, toi, tu te maquilles ?

Pour moi, le maquillage me sert de masque, d'armure. Je n'ai aucune confiance en moi et j'ai beaucoup de mal à supporter le regard des autres. Si tu me croises dans Toulouse, il y a une forte chance que tu me vois avec mon cuir (ou veste militaire suivant la saison), mes Docs, et la tête baissée. La démarche type de celle qui ne veut pas être abordée.
Mon look, mes cheveux bleus, mon maquillage outrancier, tout ça n'est qu'une façade, une armure.
En fait, j'ai tellement souffert (notamment au collège) du regard des autres et de l'aliénation liée à mon accent (qui n'est pas franchement français) que quand j'ai eu l'âge et la possibilité de faire quelque chose, je me suis teint les cheveux d'une couleur flash. D'abord en rose, puis en rouge, et maintenant en bleu. Au départ, j'étais dans l'idée du "puisque je dois être stigmatisée pour quelque chose, autant que ce soit quelque chose que j'ai choisi". Et puis, c'est devenu une habitude, et maintenant, je ne me vois pas revenir à une couleur plus normal.

Concernant le maquillage, c'est aussi devenu une partie de mon armure. J'ai commencé à réellement devenir féminine pour la Bête à Poils, il m'a donné envie de ressembler à une femme et de me sentir femme. A force de m'y intéresser, j'ai appris des technique, découvert des produits, en ai acheté de qualité et la passion a pris forme.Aujourd'hui, je ne sors quasiment plus sans maquillage (sauf pour promener le chien). J'ai quasiment toujours au moins un trait d'eyeliner et du rouge à lèvres.
Comme je m'habille principalement en noir, ça permet de rajouter une touche de couleur sans trop réfléchir à comment tout assortir.
Le maquillage a lentement mené son petit chemin vers mon uniforme quotidien jusqu'à faire parti de mon masque. Comme si ça me permettait de me protéger du regard des autres.
Ca peut paraître étrange, mais le maquillage me permet d'avoir d'avantage confiance en moi et me sentir mieux dans ma peau.

Le maquillage et les cheveux vifs m'ont permis de sortir de ma chrysalide et de m'exprimer pleinement. Je suis très sensible au regard des autres, ainsi pouvoir "cacher" ma vraie personne derrière des cheveux très vifs et du maquillage m'a aidé à prendre confiance en moi et à m'affranchir de ce qui m'oppressait et qui m'empêchait de m'exprimer.

vendredi 18 septembre 2015

Blue Haired Freak

Depuis quelques temps, on voit fleurir pas mal d'articles défendant le droit de ne pas ressembler à tout le monde, d'être différent. On voit aussi passer beaucoup d'articles parlant de ses modifications corporelles.
Je suis percée, tatouée, j'ai les cheveux bleus et un style qui ne passe pas vraiment inaperçu. Sans parler de mon chien qui est original lui aussi. D'ailleurs, Hatchi et moi sommes devenus relativement connus du côté de chez nous.


C'est la photo la plus récente que j'ai de moi dans une situation "normale".

Mais dès que je m'éloigne un peu de l'endroit ou je vis, c'est beaucoup moins cool. La plus part du temps, ce sont juste des regards. Regards qui en disent long sur la désapprobation de la personne. C'est peut être le plus difficile. D'ailleurs, c'est plus souvent la Bête à Poils qui remarque ces regards que moi. J'ai volontairement choisi de me fermer à ça.
Parfois, les regards mènent à des situations assez drôles, par exemple : l'autre jour, je me promenais tranquillement dans ma rue. Une mère de famille en Scenic était tellement fascinée par mon look (surtout la couleur de mes cheveux) qu'elle n'a pas vu que le feu était passé au rouge et elle a failli rentrer dans la voiture de devant arrêtée au feu.
Souvent, les gens n'osent pas me parler. Ils se contentent de me regarder et attendent que je sois un peu loin pour parler de moi. Ou alors, les gamins me regardent avec peur et les parents rigolent en me regardant.
De temps en temps, j'ai droit à des réflexions. Ca, c'est quand les gens osent parler. En général, c'est plus facile de se faire respecter quand les gens parlent. Il y a quelque temps de ça, dans un supermarché, j'ai eu droit à une gamine qui a dit à sa grand mère que mes cheveux étaient moches. J'ai juste eu à me retourner et bien fixer la grand mère pour qu'elle recadre sa gamine.
La plus part du temps, ce sont des insultes très recherchées du genre "sale bleu/schtroumpfette/schtroumpf" Quand c'est ça, je prends même pas le temps de me retourner. Je trace et puis voilà.
Premièrement, la Schtroumpfette est blonde, deuxièmenent, je ne vois pas pourquoi je perdrai mon temps avec des abrutis pareils.

Heureusement que d'un autre côté, il y a des gens cools. Et leurs réactions sont encourageantes. Pour moi, une réaction positive me fait oublier tous les regards et les réflexions négatives pour la journée. Parmis ces gens qui réagissent positivement, j'ai identifié deux grandes catégories : les enfants et les personnes âgées.
J'ai eu droit à différentes types de réflexions, allant de la vieille d'environs 60 ans qui m'arrête dans la rue pour me féliciter d'oser avoir une telle couleur de cheveux à la voisine qui me demande ou c'est que j'achète mes produits.
A un moment donné, j'avais les cheveux roses. Pendant un festival j'étais allée faire des courses au supermarché à côté du site et une mère de famille m'avait abordée pour me demander comment j'avais fait pour avoir les cheveux de cette couleur là.
Ce que j'apprécie le plus c'est les parents qui font preuve d'imagination quand leurs enfants leur demandent pourquoi j'ai les cheveux de telle couleur. La plus part du temps, ils répondent un truc du style "parce qu'elle en a envie". Mais de temps en temps, j'ai droit à une petite perle "parce que c'est une fée/princesse/sirène"
Ca me colle le sourire jusqu'à la fin de la journée.

Encore une fois, je remets les choses au point, d'accord, j'ai choisi de ne pas passer inaperçue. J'ai pas demandé d'être obligée de dire "adieu" à ma tranquillité dès que je mets un pied hors de chez moi. Malgré mon excentricité affirmée/assumée, je suis quelqu'un de normal et je n'ai pas besoin de votre approbation pour être ce que je suis.
Je pensais n'avoir aucune confiance en moi, mais en m'aventurant du côté coloré de la force, je me suis rendue compte que je dois avoir plus confiance en moi que ce que je croyais, puisque j'arrive à supporter vos réactions positives et à ne pas me laisser atteindre par vos remarques négatives.


mercredi 16 septembre 2015

7 Bonnes raisons d'avoir un chien

J'ai un chien, Hatchi. Avant d'aller le chercher à la SPA, j'avais mis beaucoup de temps à convaincre la Bête à Poils que c'était trop bien d'avoir un chien. Lui y voyait principalement les contraintes qu'un chien engendrait.


Sauf qu'il y a pleins de bonnes raisons d'avoir un chien. Pour convaincre celles qui n'y croiraient pas, voici une liste des 7 bonnes raisons d'avoir un chien.


  1. Ton chien est toujours content de voir que tu rentres. Même lorsqu'il fait une bêtise, ça n'altère en rien sa bonne humeur. Il est juste content de te voir. Avoues, ça change du chéri qui lève à peine la tête de son jeu vidéo.
  2. Il fait ses besoins dehors. Bon d'accord, contrairement au chat qui fait ses besoins dans une litière il faut sortir un chien (plusieurs fois par jour), même quand tu rentres à pas d'heure à moitié soûle. Mais t'as pas de litière à nettoyer, et ça, c'est trop bien !
  3. C'est une vraie compagnie. Un chien est beaucoup plus présent qu'un chat. Il est tout le temps dans tes pieds, il sait quand tu vas pas bien et il essaye de te remonter le moral. En plus, contrairement au chat, c'est toi qui choisi le moment câlin.
  4. Un chien peut être dissuasif. Quand, comme moi, t'as des voisins qui peuvent être un peu bruyant et que les potes de tes voisins sont des gens peu fréquentables, bah t'es content d'avoir ton chien. En entendant ton chien grogner tard le soir parce qu'il a entendu un bruit qui lui plaît pas, ça rassure.
  5. Le chien est un vecteur de rencontres. Bah oui, comme t'es obligée de le sortir pour qu'il fasse ses besoins et de le promener, du coup tu sors souvent. En sortant souvent, tu rencontres toujours du monde et souvent d'autres gens qui ont des chiens ou qui s'y intéressent. Donc, tu te retrouves souvent à discuter avec les gens. Le sujet de discussion sera principalement les chiens, mais t'as rencontré quelqu'un, et ça c'est chouette ! 
  6. Les chiens font rire. Quand on joue avec eux, quand ils font des bêtises, quand ils essayent de ramener un tronc d'arbre à la place du bâton, ... Fin bref, on n'a jamais fini de rigoler avec un chien.
  7. On peut l'amener partout. Certes, à condition de rester en terrasse, mais il y a beaucoup d'endroits qui acceptent les chiens. Et un chien en laisse, c'est quand même beaucoup plus pratique qu'un chat dans sa caisse.

J'aurais pu trouver d'autres bonnes raisons d'avoir un chien, mais j'en ai déjà listé pas mal ! Et puis, tous les propriétaires de chiens veulent un chien pour ces raisons là. Et avec Hatchi, j'ai trouvé tout ce que j'aime avec un chien, et j'en suis super contente !

mercredi 15 juillet 2015

Carnet de Voyage : Carcassonne

Hier, c'était jour de Fête Nationale. Comme tous les ans, le soir venu, on a droit au traditionnel feu d'artifice. Partout, on voit le ciel de toutes les couleurs au grès des célébrations de tout le monde.
Il se trouve que moi, les feux d'artifices, j'adore ça. Lassée de celui de Toulouse ou y a trop de monde, ne pas pouvoir bouger avec la foule, et ne pas réussir à voir quoi que ce soit, j'ai eu envie de bouger.
Marre d'être déçue par les feux d'artifice des petites villes autour de Toulouse, j'ai dit à la Bête à Poils : "Cette année, je veux aller voir les feux à Carcassonne. On va à Carcassonne". Dans notre région, les feux de Carcassonne sont particulièrement réputés, et ça faisait des années que j'avais envie de les voir.
On est allé à Carcassonne.
En dehors de la cité, il n'y a pas grand chose à voir. Du coup on s'est calé sur les berges et on a attendu pendant des heures. On a regretté le fait de ne pas avoir pris de bouquin pour passer le temps.
Et au moment ou on commençait à vraiment s'ennuyer, on a eu droit à un atterrissage de parachutistes ! Ils ont atterri sur la berge d'en face de nous. On était vraiment bien placé pour les voir.


La nuit est tombée petit à petit, et puis, on a eu droit au spectacle ! On était un peu gênés par les arbres pour voir les illuminations sur la cité, mais les feux étaient magnifiques !







C'est déjà prévu qu'on y retourne l'année prochaine !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...